Norvège J6 : Gestion de la misère et retour à la case départ

Matin. Gris. Pluie. Pas engageant…

Nous sommes allés au garage à l’ouverture. Multiples palabres, coups de fils etc… pour finalement des nouvelles peu sympathiques : le Spyder ne peut pas être réparé à Voss. Et pourtant le personnel de BRP a été super arrangeant, gentil etc. Tout a été essayé. Pendant tout ce temps (qui a duré plus de 2h), Marc a tourné dans la concession 🙂


Je vous passe les détails, mais le Spyder doit être ramené à Bergen dans une concession adhoc. Qui n’a pas la courroie et devra la commander (en Finlande).
Nous ferons donc les 110km dans l’autre sens (et pas tout à fait le même chemin) avec le Spyder sur un plateau. Au mieux, elle sera là lundi. J’ai un gros doute et un infime espoir.
Nous rentrons donc à l’hôtel préparer nos affaires et attendre le plateau qui viendra nous y chercher.

Le dépanneur nous attend devant l’hôtel


Au passage, 3 roues à faire monter sur un plateau, pas simple quand on n’a que 2 plaques ! Heureusement le garage en avait une pour nous aider…


Bref, il faudra réfléchir à comment poursuivre ce trip et ce qu’il va falloir couper… et comment !
Le convoyage de retour jusqu’à Bergen a duré 1h30 environ. J’étais dans le camion. Une partie de mes affaires avec moi (appareil photo, caméras et tablette, le reste ayant été chargé sur le vaillant Ural). Le norvégien n’est pas très causant mais avec le temps s’est un peu dégelé. Manifestement le pays va plutôt bien et ils ont avant tout des problèmes de riches. Et dire que les habitants sont fiers de leur pays, c’est peu de le dire. D’ailleurs nombreux sont les drapeaux et fanions témoignant d’un esprit patriotique très développé. Par moment, on pourrait se croire aux Etats-Unis (les couleurs sont les mêmes, l’agencement un peu différent, certes…)

Le Spyder a été déposé chez BRP dans la périphérie de Bergen (Godvik) et la commande de la courroie a été passée dès mon coup de fil depuis Voss. 
Le gars de CanAm était très sympa et espère l’avoir pour lundi. Il nous appèlera.


Retour en centre-ville sur l’Ural de Marc, chargé comme un baudet. Nous 2 et tous nos bagages… On devait faire un drôle d’équipage, à la tête des gens qui nous regardaient passer.

Galère pour trouver un hôtel dans Bergen, plein comme un œuf pour cause de festival. Nous tentons notre chance dans différents endroits. Pleins. Finalement nous atterrirons au Scandic quelquechose (un des nombreux hôtels de la chaine dans la ville et la pays).

Hôtel

Deux jours et demi à devoir s’occuper et prévoir différents cas de figure … et croiser encore les doigts !
Comme à Voss, le temps est gris aussi à Bergen. Pas fameux pour les photos…
Bref, faire avec …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.