Norvège J21 : Encore du beau…

Ce matin, le petit-déjeuner était à 8h. La grasse matinée quoi !
Celui-ci avalé (servi une serveuse française infirmière de son état initial ayant fuit les Alpes dont elle est originaire), nous sommes repartis grimper la Route des Trolls vers 9h30.Temps superbe prévu par la météo, qui se confirmera tout au long de la journée. 16°C au thermomètre à l’ombre dès 8h30 laissaient augurer d’une bonne chauffe sur les pétrolettes…


Toujours dans l’ombre en bas mais au soleil en haut, et différent ce celui de la veille au soir forcément…


Cette grimpette était toujours sympa à monter en Spyder (je n’ai pas attendu Marc, tout comme la veille…) avec un chouïa moins de monde.
Arrivés en haut, nous avons trouvé une importante colonie de motos et de motards…


Comme tous les touristes nous avons arpenté les chemins menant au plateformes panoramiques. Bien faites et bien situées. Le norvégien est efficace et pragmatique, cela se confirme de jour en jour !
Photos et vidéos de rigueur. Car le paysage est tout de même grandiose, en plus d’être beau !


Une fois repus (si tant est que ce soit possible) de ces vues nous sommes partis en direction de Gudbrandsjuvet (si si). Et pour aller de Trollstigen à Gudbrandsjuvet, la route passe par un col et un plateau enneigé superbe ! Sans compter le lac un peu plus loin… Bref, une fois encore plein les mirettes.

Peu de temps avant d’arriver à notre étape programmée, une autre halte picturale …

Sur place, à peine garés nous avons été sollicité pour le dépannage (batterie) d’un teuton et de sa monture de la même origine flambant neuve ou presque… Car il est très fréquenté, cet endroit !

Nous voici donc à Gudbrandsjuvet. Balade près de la rivière et de sa cascade. 


Les images dans la boite, on a mis le cap direction le fjord Geiranger, monument touristique norvégien.
Un coup de ferry, attrapé par hasard juste avant son départ (alors qu’il était plein comme un œuf de camping-cars énormes et de voitures), pour traverser (10 minutes) vers Eidsdal.

Je risquerais de me répéter à dire que la route était superbe encore, donc je m’abstiens. Mais vous encourage fortement à n’en penser pas moins !
Vallées, cascades, montagnes, lacs… Rien ne manquait à cette carte postale grandeur nature.

Sous un soleil radieux, la route serpentant dans la montagne puis descendant vers Geiranger était très fréquentée. Beaucoup de camping-cars. Et de touristes déversés en continu par des cars aux arrêts photographiques dédiés au niveau des plateformes prévues à cet effet.


Dans la descente sont apparus deux paquebots de croisière mouillant au large de Geiranger. De haut et de loin, deux postillons blancs. De près, d’énormes bâtiments !


A Geiranger nous avons cru arriver dans Saint-Tropez au pire de la saison touristique. Inutile de vous faire un dessin je pense…

Geiranger, Comté de More og Romsdal, Norvège


Nous avons fui aussi vite que possible après avoir ré-alimenté mon GPS en destination à atteindre. Car il avait fait des siennes (et/ou moi qui n’avait pas enregistré correctement le trajet élaboré la veille). Heureusement une bonne vieille carte papier associée à mes souvenirs d’hier ont fait le reste…

Pour quitter Geiranger, une seule route. De montagne. Pas le choix.
Encombrée, c’est certain, mais magnifique, c’est peu de le dire !!
Et au programme une « course-poursuite » avec un car que nous avons héroïquement dépassé dans la partie basse de la montée : il fallait s’arrêter, faire des photos et repartir avant d’être rattrapés par lui sous peine d’être bloqués derrière pendant des kilomètres… 
En montant, les plaques de neige ont fait leur apparition, sous un magnifique soleil.


Sur ce trajet, un lac encore gelé faisait merveille sous le soleil…


Plus tard, ce sont des reflets qui nous ont ralentis pour finalement se faire reprendre et dépasser par le car, mais nous étions alors parvenus sur une nationale (enfin une autoroute locale…). J’étais tellement absorbé par le paysage et à faire des photos que nous n’avons jamais revu le car …


Nous avons poursuivi notre route sur cette nationale pendant près de 60 km, dans une vallée où coule une rivière turquoise sous les rayons du soleil.

Une pause essence ET glaces pour Marc…

Et on reprend notre calvaire routier 😎

Ensuite, on bifurque à droite pour chercher une route dite touristique… Plus petite, plus escarpée, plus sympa quoi !

Exceptionnellement nous avons fait halte tôt pour la nuit, vers 18h40, car le pneu arrière de Marc donnait des signes de faiblesse évidents et il était certain qu’il ne tiendrait pas le reste du trajet.
Nous avons donc brillamment choisi le premier hôtel qui se présentait à nous. Bonne pioche !
Hôtel simple en face d’un lac. Isolé. Endroit magnifique. Oui, encore …


Nous prendrons notre bière et notre diner après avoir changé la roue du side. Non sans mal malgré ce que dit le manuel. La serveuse du restaurant nous avait mis notre repas au chaud car nous avions dépassé l’heure de fermeture de la cuisine … Sympa !
Nous étions seuls ou presque dans le restaurant.
Et lentement le soleil descend réchauffant progressivement les couleurs…

Depuis ma chambre où j’écris ces lignes, l’appareil photo à portée de main pour prendre encore quelques clichés je vois le soleil couchant embraser le paysage. Direction le bord du lac pour quelques clichés supplémentaires.

Bref, vous l’aurez compris, ce fut encore une journée formidable !
Et probablement la dernière de cet acabit car les cieux nous seront défavorables les deux prochains jours avec de la pluie au programme. Probablement afin d’atténuer les regrets de devoir quitter un si beau pays !

——————————————————–
La trace du jour

=================
La vidéo de la journée
=================

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.