Patagonie 2017 – J3 – Côte Atlantique

13/03/2017

Bonne nuit sous la tente. Je remballe le matériel dans la voiture et prends mon café dans la cuisine commune. Personne à 6h30 du matin. Etonnant ;-). Le temps est toujours gris mais moins pluvieux qu’hier.

  • Camping Hain
  • Camping Hain

Je décide d’aller sur la côte atlantique. Mais avant je passe à la boulangerie de l’Union, la même qu’hier, pour prendre mon petit-déjeuner. Churros, excellents,  et 1 croissant (trop sucré comme souvent hors de France).

  • Pasteleria Del Union, Tolhuin, Terre de Feu, Argentine
  • Pasteleria Del Union, Tolhuin, Terre de Feu, Argentine

Donc direction nord sur la route 3 puis je bifurque vers l’Est sur la route provinciale A. Route en terre, comme hier sous un ciel gris avec quelques gouttes de temps en temps. Le vent est constamment présent, fort souvent.

  • Sur la route provinciale A
  • Du côté de l'Estancia Tepi

Je vais longer la côte pendant près de 80 km sur cette route en terre. Le paysage est monotone mais sauvage.

  • Sur la route A
  • Sur la route A
  • Faune locale
  • Faune locale
  • Estancia Pirinaica, Terre de Feu, Argentine

La route chemine non loin de l’océan et s’en rapproche par endroits.

Il y a, peut-être à cause de ce fort vent permanent, une sensation d’isolement (bon, le fait de se savoir en Terre de feu participe surement aussi à ce sentiment). Il faut dire que pendant cette balade côtière de plus de 5h je ne croiserai absolument personne…

Après 80 km environ, je ne peux pas aller plus loin. Le chemin traverse une estancia dont la barrière est fermée et cadenassée.

Fin de la balade à L'estancia Maria Luisa
Fin du parcours. Barrière cadenassée !

Alors je fais demi-tour…

Demain, je prends l’avion pour El Calafate. Je retourne donc à Ushuaia, à environ 130 km plus au sud par la RN3, passant à nouveau à côté du Lago Escondido. Le temps est moche mais ce n’est pas la tempête cette fois

  • Sur la RN3
  • Lago Escondido, Terre de Feu, Argentine
  • Lago Escondido, Terre de Feu, Argentine

Arrivé vers 18h dans la ville, je retourne au même hôtel que lors de mon premier jour. Je vais me balader dans la ville. Aucun intérêt. Ou je ne l’ai pas trouvé !

La Terre de Feu me laisse un sentiment mitigé.

Je n’ai pas trouvé l’endroit littéralement beau. J’ai peut-être manqué ce qu’il fallait voir. Je n’ai pas fait de croisière sur le Beagle et j’ai peut-être eu tort. Compte-tenu de la modification inopinée de mon programme, il m’a fallu composer et ma préparation était sans doute insuffisante..

Je voulais être seul pour visiter. Pas de groupe, pas d’accompagnant. Et là, j’ai eu ce que je souhaitais. C’est sauvage, rude. Et j’ai adoré ce coté brut, voire brutal. En cette terre battue par les vents, le sentiment d’isolement est y est vite présent. Et c’est ce que je recherchais là-bas.

——————————————————–
La trace du jour
260 km…

Vidéo de la journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.