Patagonie 2017 – J4 – Passage au Chili

14/03/2017

Aujourd’hui je prends l’avion pour El Calafate. Il fait beau. Le décollage est à 10h25. 

Pret à partir très en avance (l’aéroport n’est qu’à 15 min en voiture), je passe faire le plein en centre-ville puis retirer du liquide. Tout va bien jusque là…

En chemin pour l’aéroport, la route passe naturellement au bord du détroit de Beagle. Mouettes et autres volatiles marins sont là. Je m’arrête prendre des photos sous un ciel radieux et une lumière magnifique. Dommage de partir un jour pareil. Mais peut-être que 2h plus tard ce sera la tempête !
Bref, je mitraille…

  • Ushuaïa, Terre de Feu, Argentine
  • Ushuaïa, Terre de Feu, Argentine
  • Ushuaïa, Terre de Feu, Argentine
  • Ushuaïa, Terre de Feu, Argentine
  • Ushuaïa, Terre de Feu, Argentine
  • Ushuaïa, Terre de Feu, Argentine
  • Ushuaïa, Terre de Feu, Argentine
  • Ushuaïa, Terre de Feu, Argentine
  • Ushuaïa, Terre de Feu, Argentine
  • Ushuaïa, Terre de Feu, Argentine

Arrivant à l’aéroport peu après 9h, j’enregistre mes bagages directement puis me rend ensuite à l’agence de location de voiture pour régler. Et là, plus de carte bancaire…

Je fouille mon sac, mes vêtements : rien. Je retourne à la voiture. Rien non plus… La catastrophe. Je n’ai que 100$ (monnaie universelle) en plus des pesos que j’ai retirés.

Je reprends la voiture et retourne en vitesse à Ushuaia. Passage à la station service : rien. Passage au distributeur de billet (sans illusions) : rien. Je fais les échoppes avoisinantes leur demandant si on ne leur aurait pas laissé une CB trouvée. Non.

Désemparé, je regarde par terre pas loin du distributeur. Rien non plus évidemment.

Une femme passant par là me dit d’aller voir à l’agence bancaire dont dépend l’automate.
Je lui demande où elle se trouve. Juste à côté ! Mais située dans un renfoncement de quelques mètres en haut d’une volée d’une dizaine de marches , je ne l’avais pas vue. Seul souci, elle ouvre à 10h. Il est 9h45 et mon avion décolle dans 40 minutes.

A l’intérieur, des vigiles. Je tape malgré tout (fort car ils sont loin dedans) à la porte. Finalement, un gars se dirige vers moi et au travers de la vitre je lui explique mon souci. Il me dit « 10h ». Je lui explique la situation. Il me répond que dès qu’un employé arrive, il lui fait part de mon problème.

Et finalement à 9h55, un employé vient me demander ma pièce d’identité. Il revient 5 min plus tard avec ma CB que j’avais « tout simplement » oubliée dans le distributeur après avoir pris mes billets.. Hourra ! Mais il est plus de 10h et la circulation n’est plus tout à fait la même.

Je retourne à l’aéroport espérant que la Policia ne contrôle pas les vitesses sur la route…

Passage en boulet de canon à l’agence de location de voiture puis course à l’embarquement… Je suis pour le moins attendu ! Heureusement que j’avais enregistré mes bagages avant !! Contrôle de sécurité express et je cours à l’avion. Heureusement que l’aéroport est petit ! Je m’effondre sur mon siège il est 10h23. Nous décollerons avec 5 min de retard à cause de mon étourderie. Quelle chaleur…

Le vol jusqu’à El Calafate ne dure qu’1h20.

  • Panorama en avion vers El Calafate
  • Panorama en avion vers El Calafate
  • Panorama en avion vers El Calafate
  • Panorama en avion vers El Calafate

Le temps est beau à l’arrivée mais aucune agence de location de voiture ouverte. Personne. Je fais le tour de l’aérogare, arrivées et départ et hormis la traditionnelle cafétéria, il n’y a rien d’ouvert. Et nulle part ne figure le nom de l’agence à laquelle j’ai loué mon véhicule. Décidément …

Profitant du wifi je trouve le numéro de la compagnie. « Ah oui la personne qui doit venir est en retard… ».
Bref, plus d’une heure plus tard, j’ai ma voiture. Mais Il faut passer à l’agence (à 20 kilomètres) pour signer des papiers car je vais au Chili, à Torres Del Paine. Et pour passer la frontière, il faut de la paperasse. Et 150 US$…

Ces petites formalités prennent plus d’une heure. Je file ensuite à un supermarché faire quelques courses pour le trek que je veux réaliser autour de Torres Del Paine. Et enfin je prends la route en direction du Chili. Il est presque 14h. J’ai réservé un b&b à Puerto Natales, Il y a théoriquement 270km pour y aller, mais l’agence de location de voiture m’a « très fortement » déconseillé de prendre l’itinéraire le plus direct (une portion de la Ruta 40) qui est non goudronnée et soit-disant mal entretenue et dangereuse.

Soit, on ne va pas tenter le diable, surtout quand on est seul et nul en mécanique ! Donc ce sera un petit détour supplémentaire de 80 km. Bref pas loin de 360 kilomètres à faire (en fait ce sont pas loin de 400…).

Le temps s’est couvert malheureusement.
Le paysage est désertique. Peu de voiture, des vélos (si si !!). La pluie tombera par moment mais sans être très gênante.

  • Si, ce sont des vélos sur la Ruta 40
  • Ruta 40
  • En haut de la côte
  • Ruta 40
  • Ruta 40

Le passage de la douane sera tatillon mais simple.

  • A la frontière argentino-chilienne
  • A la frontière argentino-chilienne

j’arrive à mon B&B  à 18h30. Super endroit et propriétaire charmante.

Puerto Natales, Chili
Ma chambre à Puerto Natales

Demain, je suis censé débuter mon trek autour de Torres Del Paine pour 5-7 jours. Il y a 110 km de route à faire pour y arriver. Le sac est prêt et moi aussi. A l’issue du trek je reviendrai à El Calafate pour 1 ou 2 jours avant de revenir à Buenos Aires prendre l’avion pour Paris.

Puerto Natales, Chili
Une lune chilienne
——————————————————–
La trace du jour
400 km de voiture

Vidéo de la journée

2 commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.