Patagonie 2017 – J11 – Laguna Torre et Laguna de los Tres

21/03/2017

Aujourd’hui, comme demain et après-demain, c’est un programme de randonnées au sein de ce superbe écrin.
J’ai prévu une randonnée quotidienne, la plus longue pour ce premier jour car hier je n’ai pas fait beaucoup d’efforts, essentiellement des kilomètres en voiture. Je vais donc enchainer deux balades : Laguna Torre puis Laguna de Los Tres.

Le lever de soleil depuis le camping est sympathique. A 8h, cela donne ça…

Lever de soleil à El Chaltén

Je pars un peu avant 9h directement à pieds pour rejoindre le départ de la boucle. Si la ville est relativement protégée du vent, dès que l’on monte un peu, il souffle assez fort. Comme souvent en Patagonie. Au départ, le temps est assez couvert mais quelques éclaircies sont présentes. Le chemin est facile et la montée sans difficulté jusqu’à Laguna Torre.

La météo sera changeante durant cette randonnée alternant quelques éclaircies avec quelques gouttes de pluie. Mais les couleurs d’automne sont souvent éclatantes.

  • Laguna Torre
  • Laguna Torre

Après Laguna Torre, afin de poursuivre mon parcours, je dois revenir un peu sur mes pas, ce qui me permets de faire quelques photos supplémentaires avec des angles et une luminosité différents.

  • Champignons

Je bifurque ensuite en direction du deuxième objectif de la journée, Laguna de Los Tres.

Une traversée dans la forêt m’amène à Laguna Nieta. En suivant le sentier on longe ensuite Laguna Madre e Hija. Au bout de ce dernier lac se dévoile le massif du Fitz Roy, la tête toujours ennuagée…

  • Laguna Madre e Hija

Avant d’attaquer la rude montée, quelques hectomètres encore dans une plaine décorée aux couleurs de l’automne, traversée par un torrent venant entre autre de Laguna Sucia. J’en profite pour grignoter un peu. En bas du sentier menant à Laguna de Los Tres, le Fitz Roy (3375m, première ascension en 1952 par Lionel Terray et Guido Magnone – c’est la minute culture 😝), toujours emmitouflé, toise le paysage.

On attaque la montée. 2 km, raides, en terrain pierreux souvent, 450 m de dénivelé. Eprouvante…
En se retournant dans la montée, on a une belle vue sur Laguna Madre e Hija.

Laguna Madre e Hija depuis la montée vers Laguna De Los Tres

Une fois en haut, malgré le temps maussade, l’effort est largement récompensé. C’est grandiose et majestueux. Et Laguna Sucia tout proche ne démérite pas …

Difficile de se repaitre d’un tel paysage… Il est cependant temps de redescendre jusqu’à El Chalten, en reprenant le même chemin qu’à la montée. Si l’effort n’est pas le même, la descente n’est pas de tout repos quand même et les jambes commencent à se faire lourdes.

En bas du sentier descendant de Laguna de Los Tres, je ne peux m’empêcher de refaire quelques photos…

La suite (et la fin) de la descente sera plus douce, mêlant plateaux à découvert et passages en forêt, dans ce superbe environnement montagneux.
Quelques kilomètres avant d’arriver, on surplombe la rivière qui longe El Chalten dans la vallée, le Rio de las Vueltas qui possède un lit sablonneux. Le serpent bleu est superbe. Et photogénique forcément !

Quelques centaines de mètres avant de sortir de la forêt et d’arriver à destination, les couleurs sont encore chatoyantes.

El Chaltén, SC, Argentine

J’arriverai au camping vers 18h45, soit une petite virée d’environ 10h et 34 km… Pas mal pour un vieux pas entrainé 😛 !
Le profil de l’étape ci-dessous montre bien la grimpette pour atteindre Laguna de Los Tres.

Profil de la randonnée

Un passage à la douche pour se retaper et direction le même troquet que la veille. La nourriture y est bonne, l’ambiance sympathique, la bière fraiche et le wifi fonctionnel 😉 .
Que demander de plus ? Un beau temps pour demain et la prochaine promenade ! Forcément …

Vidéo de la journée

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.